Mensuel Qui fait Quoi #425 - février 2023

$4.00


AU SOMMAIRE

Qui fait Quoi vient de publier l’édition de février 2023 de sa revue, dont la mise en page a été entièrement revue, modernisée et améliorée. Disponible en ligne en format numérique PDF (83 pages), cette 425e édition de la revue Qui fait Quoi propose entre autres un reportage sur les 41es Rendez-vous Québec Cinéma, une grande entrevue avec Sylvie Quenneville qui souhaite fédérer l’industrie et le public autour de Québec Cinéma, des textes d’entrevue avec le président sortant de l’ONF Claude Joli-Coeur qui prend (presque) une retraite bien méritée après environ quatre décennies dans l’industrie, Sophie Prégent qui dresse le bilan de ses dix ans à la tête de l’UDA, un texte d’opinion de la présidente du FMC Valerie Creighton au sujet du contenu canadien, une entrevue avec Nancy Florence Savard au sujet de «  Katak, le brave béluga  »... Ce numéro intègre comme toujours l’indispensable Guide mensuel de la production et plusieurs autres textes et reportages.

Le contenu canadien est sur la table – voici pourquoi c’est important (Valerie Creighton)

L’année 2022 a été marquée par un vif débat autour de la définition du contenu canadien ; comment il nous façonne, nous représente et définit notre identité. À l’aube de 2023, la conversation arrive à un seuil critique autour d’une question cruciale  : est-ce que les histoires qui reflètent ce que nous sommes, ce que nous avons été et ce à quoi nous aspirons en tant que peuple ont de la valeur ou pas ?

Sophie Prégent dresse le bilan de ses dix ans à la tête de l’UDA

Arrivée à la présidence de l’Union des artistes à l’automne 2013, Sophie Prégent a annoncé récemment qu’elle renoncerait à proposer à nouveau sa candidature à la tête du syndicat représentant acteurs-actrices, chanteurs-chanteuses, animateurs-animatrices et danseurs-danseuses. Lorsqu’on lui demande ce qu’elle retient de ces dix dernières années, elle répond tout de go  : «  Je suis fière d’avoir fait ces dix années  ! Les gens ne savent pas à quel point travailler pour un syndicat est difficile.  »

Après environ quatre décennies dans l’industrie, Claude Joli-Coeur prend (presque) une retraite bien méritée

Claude Joli-Coeur a quitté l’ONF le 25 novembre 2022. Qui fait Quoi l’a rencontré pour faire le bilan de sa carrière et de son mandat à l’Office national du film (ONF), où il est d’abord entré à titre de commissaire adjoint pour finir commissaire du gouvernement à la cinématographie et président.

Moteur, action, inclusion épisode 1  : D’abord définir ce que serait une industrie inclusive

Les enjeux d’inclusion et de diversité deviennent de plus en plus incontournables dans l’industrie audiovisuelle. Si des pas importants ont été franchis, notamment avec la mise en place de programmes spécifiques au Fonds des médias du Canada (FMC) et ailleurs, il reste beaucoup à faire. Pour creuser le sujet plus à fond, le FMC a organisé une table ronde fort intéressante rassemblant Jean-François O’Bomsawin, directeur du marketing et de la communication au Bureau de l’écran autochtone, Karine Dubois, productrice et fondatrice de Picbois Productions, Eric Idriss-Kanago, producteur et fondateur de la société de production Yzanakio, et Mara Gourd-Mercado, directrice générale de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, section Québec, autour de Gaëlle Essoo, rédactrice en chef de Futur et Médias et Diego Briceño, chef principal contenu et diversité au FMC.

CINÉMA

Sylvie Quenneville souhaite fédérer l’industrie et le public autour de Québec Cinéma

Passionnée de septième art, Sylvie Quenneville est animée par la mission de Québec Cinéma. La directrice générale, en poste depuis près de deux ans a pour objectif de poursuivre la mission de l’organisme, de promouvoir et faire rayonner le cinéma d’ici. À l’occasion des 41es Rendez-vous Québec Cinéma, elle s’est assise avec Qui fait Quoi afin de rappeler les multiples actions que pose Québec Cinéma pour soutenir le milieu du cinéma tout au long de l’année et rejoindre tous les publics.

Une programmation rassembleuse pour les 41es Rendez-vous Québec Cinéma

Pour leur 41e édition, les Rendez-vous Québec Cinéma se veulent au coeur de la cinématographie québécoise. Rétrospective annuelle, 76 premières de films, traditionnels Tapis bleu, mise en valeur de la relève, l’événement rassembleur, qui se déroule du 22 février au 4 mars 2023, demeure le seul festival à célébrer à presque 100 % le cinéma québécois. Pour l’occasion, Qui fait Quoi a rencontré Sylvie Quenneville, directrice générale de Québec Cinéma, Valentin Verrier, directeur des Rendez-vous, Charles Parisé, responsable de la programmation et co-programmateur des courts étudiants, ainsi qu’Annelise Joly, directrice des événements.

Rendez-vous Québec Cinéma : Emmanuel Schwartz agit comme co-porte-parole avec Christine Beaulieu

Pour une deuxième année consécutive, Emmanuel Schwartz est porte-parole des Rendez-vous Québec Cinéma pour la 41e édition du festival, avec Christine Beaulieu. Tout comme le directeur de la programmation Valentin Verrier, l’équipe souhaite honorer le mandat du festival, célébrer, et souligner la diversité et la parité dans le cinéma québécois. Les Rendez-vous Québec Cinéma se dérouleront du 22 février au 4 mars 2023.

«  Katak, le brave béluga  », une histoire de différences, d’amitié, d’amour et d’intégration

En 2006, l’auteure jeunesse Andrée Lambert a approché 10e Ave Productions avec une histoire pour laquelle elle avait reçu du financement. Le tout se passait sous l’eau et il était utopique, à l’époque, de faire un film d’animation entièrement sous l’eau, se souvient la productrice Nancy Florence Savard, à la fois pour une question de technologie et de budget. À cette époque, la maison de production de St-Augustin-de-Desmaures proposait des spéciaux de Noël de 30 minutes et n’avait pas encore sorti son premier long métrage d’animation, «  La légende de Sarila  ».

TÉLÉVISION

«  Les bombes  » : Sovimage met en place le terrain de jeu

L’idée d’une comédie dramatique sur quatre jeunes femmes dans un centre de thérapie pour régler leurs dépendances respectives est née dans la tête de quatre comédiennes, Debbie Lynch-White, Sarah Desjeunes Rico, Julie de Lafrenière et Olivia Palacci, qui se sont rencontrées à plusieurs reprises à des castings pour des rôles secondaires de femmes rondes, du genre «  la meilleure amie de...  ». Pour avoir, enfin, des rôles principaux, elles ont eu l’idée d’approcher Sovimage avec le concept de la série «  Les bombes  ». Qui fait Quoi a rencontré la productrice Sophie Deschênes pour discuter de ce projet inusité.

«  Zénith  », une émission de variétés rassembleuse

Qui fait Quoi a visité le plateau de «  Zénith  », nouvelle série de variétés musicale produite par KOTV et filmée en direct. Rencontre avec quelques-uns des artisans de cette série, dont Samuel Beauchemin, Alain Chicoine, Daniel Vigneault, Dominic Anctil, Véronique Cloutier et Louis Morissette.

MUSIQUE

Musique à l’écran  : les pros de l’audiovisuel et de la musique doivent se parler

Est-ce que le fait d’inclure de la musique québécoise dans les films d’ici pourrait permettre de mieux faire connaître les talents  ? Chose certaine, les industries musicale et audiovisuelle doivent toujours se renouveler, comme l’a souligné Jérôme Payette, directeur général de l’Association des professionnels de l’édition musicale (APEM), en association avec l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, en préambule d’une table ronde à laquelle ont participé Lucie Bourgouin (Permission), Guillaume Lafrance (Éditorial Avenue), Louise Lantagne (SODEC) et Dominique Veillet (Zone3) lors de la journée«  Quand la musique rencontre l’image 2023  ».

Noémie a dit oui à la musique québécoise

Lorsqu’elle a commencé à écrire le scénario de «  Noémie dit oui  », Geneviève Albert n’avait pas d’idée précise de musique. Tout ce qu’elle savait était que son personnage principal, interprété par Kelly Depeault, préférait le punk au hip-hop et au rap.

La réalisatrice Miryam Bouchard joue avec la musique à l’écran

Lorsqu’elle était jeune, la réalisatrice Miryam Bouchard avait des habiletés incontestables en musique. Mais, il fallait préparer des concours et ça lui plaisait moyennement. Lors d’un séjour au Camp musical Père Lindsay, à Joliette, elle a rencontré un professeur qui lui a dit que, par la musique, on pouvait raconter des histoires. Au fil du temps, la musique et l’histoire ont fusionné et elle a choisi de raconter avec des images, a-t-elle expliqué lors de la journée de conférence «  Quand la musique rencontre l’image 2023  », organisée par l’APEM (Association des professionnels de l’édition musicale), en collaboration avec l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, dans une discussion avec l’actrice Jessica Barker.

SCÈNE

Didier Lucien monte la comédie satirique «  Dix quatre  » au Théâtre La Licorne

«  Dix quatre  » met en scène quatre scénaristes qui doivent développer une nouvelle série télé policière, mais peinent à trouver la bonne histoire. Quand un membre est victime de profilage racial, il souhaite que l’émission prenne cette tournure pour dénoncer cet acte. Cette pièce humoristique satirique et rythmée aborde des enjeux comme le racisme, la misogynie, l’intégrité et bien d’autres. «  Dix quatre  » est une création de Jason Sherman, traduite par Jean-Marc Dalpé et mise en scène par Didier Lucien, avec qui nous avons discuté.

Anne Dorval et Steve Gagnon réunis dans « Je t’écris au milieu d’un bel orage »

Dany Boudreault adapte la longue correspondance entre Albert Camus et Maria Casarès, qui se sont écrit de 1944 jusqu’en 1959. Dans une mise en scène de Maxime Carbonneau, «  Je t’écris au milieu d’un bel orage  » raconte cette relation amoureuse et épistolaire entre les deux artistes, toujours unis mais jamais ensemble, une pièce parsemée de moments d’entrevues où Maria Casarès parle de sa romance avec l’auteur.

Maxime Carbonneau travaille dans la cocréation et l’horizontalité

Après une formation d’acteur au Conservatoire d’art dramatique de Montréal, Maxime Carbonneau se tourne rapidement vers la mise en scène. En 2012, il fonde avec Dany Boudreault et Jérémie Boucher la compagnie de création et de production La Messe Basse. Après «  Siri  », «  Aalaapi  » et «  La femme la plus dangereuse du Québec  », notamment, la compagnie présente «  Je t’écris d’un bel orage  », une production du Théâtre du Nouveau Monde, en collaboration avec La Messe Basse, du 17 janvier au 11 février. Qui fait Quoi s’est entretenu avec le metteur en scène quelques jours avant la première.

LE GUIDE DE LA PRODUCTION

Qui fait Quoi présente les projets de productions en film, télévision et multimédia aux différentes étapes de développemet : projets, préproduction, production et postproduction. Unique, ce guide est disponible en ligne en version intégrale et actualisé tous les jours par notre équipe de recherchistes et de journalistes. Rendez-vous à l’adresse suivante : www.qfq.com/guideproduction

 Abonnez-vous! 


Qui fait Quoi remercie les annonceurs et partenaires de ce numéro 
Votre soutien rend possible la publication de cette revue et l'actualisation, en continu par notre équipe, de la plateforme www.qfq.com.

  • BFL Canada
  • École NAD UQAC
  • Fonds des médias du Canada
  • Playball Archives
  • Québec Cinéma
  • Ross Vidéo
  • SYNTHÈSE – Pôle Image Québec
  • Trio Orange
  • Walter Lighting & Grip
  • Qui fait Quoi remercie le Gouvernement du Canada pour son soutien à nos initiatives d’innovation commerciale par l’entreprise de Patrimoine canadien.

Produits connexes